La maladie d'Alzheimer

Article de santé naturelle


L’Alzheimer est une maladie neurodégénérative multifactorielle caractérisée par une perte progressive de la mémoire et de certaines fonctions intellectuelles. Le cerveau rétrécit. C’est le type de démence le plus répandu.


Il est assez clair que l’environnement et les habitudes de vie ont un impact sur les risques de la développer.



La maladie d’Alzheimer se situe dans le quadrant 3 du bioélectronigramme Vincent (ci dessous), c’est le milieu alcalin et oxydé, celui de la dégénérescence.


Ce terrain est favorable au développement de toutes les maladies de civilisations et dégénératives.


Pour stabiliser et améliorer l’état du malade, nous devrons donc effectuer une correction du terrain biologique en acidifiant le sang et en réduisant l’oxydation. Il faudra se diriger vers la quadrant 1 en zone acide et réduite qui est le milieu de la Vie. Les aliments se situant dans cette zone sont bons d’un point de vue vital : fruits, légumes, racines, graines germées, enzymes, fermentations, vitamines, algues vertes, eau de qualité. C’est le milieu régénérateur.


En 2005, une importante étude des équipes du Dr. Suzanne M. de la Monte et d’Éric Steen (Université Brown, Hôpital de Rhode Island) assimile l'Alzheimer à une nouvelle forme de diabète. Ces résultats ont été publiés dans le "Journal of Alzheimer's Disease" cette même année. Ces chercheurs ont découvert que le cerveau produisait sa propre insuline.


En surveillant le cerveau de ces patients sur plusieurs années, ils ont pu confirmer que l'insuffisance d'insuline augmentait proportionnellement avec l'évolution de la maladie. Cela a été publié en 2008…


L'aluminium a un effet délétère sur les neurones et peut nuire à la mémoire, c’est un neurotoxique notoire. Certaines études ont observé que le cerveau des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer contenait des concentrations plus élevées d'aluminium que celles ne souffrant pas de cette maladie. En effet, à l'autopsie, on constate que le cerveau des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer contient une concentration élevée d'aluminium 10 à 30 fois plus que la normale.


Étant donné que la barrière hémato encéphalique est incomplètement formée aux stades prénatal et post-natal et qu’elle perd son étanchéité chez les personnes âgées, les enfants et les personnes âgées ont-ils un risque plus important de développer des effets toxiques neurologiques dus aux nanoparticules d’aluminium ? Nous pouvons nous poser la question.


Je pense que nous pouvons incriminer les adjuvants des vaccins qui ont pu contenir des doses importantes de produits toxiques, et notamment d’aluminium dépassant largement de plusieurs fois les quantités autorisées par les autorités sanitaires. Rappelons que les vaccins sont des produits chimiques sur-oxydants et qu’ils se trouvent à l’instar des maladies dégénératives dans la zone 3 du bioélectronigramme Vincent, déplaçant ainsi le terrain vers la dégénérescence.


Le risque de neurotoxicité est lié au passage d’une partie de l’aluminium dans la circulation sanguine et à sa distribution aux différents organes, en particulier le cerveau et le squelette.


Attention aux médicaments contenant des hautes doses d’aluminium, comme le Maalox :


Chaque cuillère à soupe de suspension buvable de MAALOX contient : 525 mg x 27/78 = 181,7 mg d’aluminium métal, ce qui pour un homme de 60 kg représente 181,73 mg/60 kg = 3,03 mg d’aluminium par kg de poids corporel, ce qui correspond à 3 fois la dose minimale toxique par jour définie par la FDA et l’OMS. Pour la posologie maximale autorisée, de 6 cuillères à soupe par jour, un homme de 60 kg absorbera 3 x 6 = 18 fois la dose minimale toxique par jour. https://professeur-joyeux.com/2018/06/19/3eme-edition-speciale-aluminium/


Au cours de leurs six premiers mois de vie, les nourrissons ingèrent environ 7 mg d’aluminium à travers le lait maternel (environ 38 mg s’ils consomment du lait en poudre, et environ 117 mg s’ils sont nourris avec du lait de soja).


« L’aluminium vaccinal diminue la réponse immunitaire et augmente la toxicité locale. […] L’aluminium est donc une substance qui nous est étrangère et donc immanquablement toxique… […] On discute très sérieusement du rôle de l’aluminium dans la fragilité osseuse, dans l’Alzheimer et, de façon générale comme neurotoxique. » - Dr. Michel de Lorgeril, Analyse Scientifique de la Toxicité des Vaccins, p. 105, 110 & 112.


Le Dr. Olivier Soulier soulève toutefois un fameux lièvre : la maladie d’Alzheimer est un fléau en pleine expansion dans les générations massivement vaccinées avec le BCG. Rendu obligatoire en 1950, déconseillé par l’OMS dès 1997 et finalement supprimé du calendrier en 2007, ce vaccin a été administré aux millions d’enfants qui sont aujourd’hui des personnes âgées. Ce serait la vaccination contre la tuberculose qui aurait « préparé le terrain » à l’épidémie contemporaine d’Alzheimer… (Source : Néosanté, infolettre du 15/01/2020).


L’eau peut également contenir une quantité variable d’aluminium selon les municipalités, mais même lorsqu’elle en contient une quantité élevée, elle n’est responsable que de 5% de l’apport quotidien en aluminium. Quelques études épidémiologiques ont tout de même observé que les populations dont l’eau potable contenait des concentrations élevées d’aluminium avaient plus de risques de souffrir de la maladie d’Alzheimer.


Concernant les maladies neurodégénératives en général, il est important de faire enlever les amalgames dentaires au mercure. Les individus dont l'organisme ne se détoxifie pas assez vite ont plus de risque de développer des maladies neurodégénératives dont la maladie d’Alzheimer notamment, en particulier en cas d'exposition au mercure organique perdu par les plombages dentaires.


Les pesticides sont des substances toxiques, cancérigènes qui occasionnent des problèmes cognitifs et neuro-dégénératifs.


Une perturbation du microbiote intestinal a un impact sur nos émotions et peut être liée à des pathologies neurologies ou psychiatriques tels que : l'anxiété, la dépression, le mal-être, l'autisme, Parkinson, etc.


Les additifs alimentaires, notamment le glutamate monosodique et l’aspartame sont des neurotoxiques. En conclusion d’une étude américaine publiée le 20.04.2017, ceux qui consommaient au moins une canette de boisson light par jour avaient 3 fois plus de risque de faire un AVC et de développer la maladie d’Alzheimer.


Les glandes et la plupart des organes, y compris le cerveau, souffrent énormément de la déficience en enzymes. Ce dernier peut en effet s’atrophier à cause d’une alimentation essentiellement composée de produits transformés dépourvus d’enzymes dont l’organisme a désespérément besoin.


Les psychotropes, plusieurs études ont démontré une relation de cause à effet entre une prise au long cours de ces drogues et le développement de la maladie d’Alzheimer. Une consommation de benzodiazépines supérieure à 3 mois est associée à une augmentation de près de 50% du risque.


Aides et solutions :

  • Consommer quotidiennement du plasma marin de Quinton et des enzymes digestives.

  • Stopper les vaccins au plus tôt, les adjuvants qu’ils contiennent sont hautement toxiques et dangereux.

  • Arrêter la consommation d’overtoniens puisqu’ils sont toxiques et qu’ils portent atteinte au système nerveux.

  • Arrêter les sucres raffinés et le grignotage.

  • Drainer les déchets de la partie cérébrale : détoxification par paliers, monodiètes, jeûne.

  • Alimentation vivante, biologique, fruito-végétarienne, drainante, hypotoxique.

  • Réduire les aliments mucogènes (hémogliase, lymphogliase). Rien que la suppression des céréales, pain, pâtes, etc. et des produits laitiers permet de rétablir 90% de troubles chroniques dégénératifs.

  • Consommer dès que possible et progressivement environ 5 c à s d’huile de coco biologique à répartir sur la journée au repas (triglycérides à chaînes moyennes), soit 1 gr d’huile de coco par kilo de poids corporel.

  • Consommer du vinaigre de cidre biologique en condiment et en boisson. 2 cl de vinaigre dans un verre d’eau faiblement minéralisée (Spa Reine, Montcalm) tous les jours. Ce qui amènera son lot de protons.

  • Supprimer la consommation d’eau du robinet (oxydante) et l’absorption d’aluminium que l’on retrouve également dans la farine et le sel raffinés, l’Aspirine, les déodorants, les vaccins, les cosmétiques et l’eau d’adduction.

  • Supprimer toutes sources de fluor (eau, dentifrice), les pesticides, les produits chimiques et toxiques.

  • Drainer le foie, la vésicule et les intestins, correction de la dysbiose et de la porosité (intestins 2ème cerveau).

  • Vérifier les carences éventuelles, vitamines, sels minéraux, oligo-éléments, thiamine (B1), protéines, lipides, glucides.

  • Cohérence cardiaque pour oxygéner le cerveau, diminuer le stress et équilibrer le système nerveux.

  • Gymnastique intellectuelle pour stimuler les neurones : lecture, sport cérébral, Scrabble, jeux de société, etc.

  • Exercices physiques adaptés pour faire circuler la lymphe, diminuer le stress et s’oxygéner. Les exercices doivent être associés à de bonnes périodes de repos et de récupération.

  • S'exposer suffisamment au soleil et à l’air libre.

  • Négativation : marcher pieds nus sur l’herbe, le sable, la terre, tous les jours.


Antioxydants :

  • Vitamine C : 10 gr. par jour.

  • Vitamine D : 2000 UI/J.

  • Vitamine E : 400 UI/J.

  • Coenzyme Q10 : 200 mg/J.

  • Omégas-3.

  • N-acétylcystéine : 600 mg/J. (précurseur du glutathion).

Chez l’homme, le glutathion (puissant antioxydant endogène) est diminué dans de nombreuses pathologies telles que la cirrhose (Bianchi et al., 2000), le diabète (Ghosh et al., 2004) ou encore la maladie d’Alzheimer (Liu et al., 2005) et le SIDA (Jahoor et al., 1999).


Les 9 paramètres de la santé intégrale devront être respectés si nous voulons réellement inverser le processus oxydatif et dégénératif. Nous pourrons nous attendre à des améliorations remarquables. C’est en reconstituant la santé que la maladie disparaît.


Phytothérapie :


Gingko Biloba, éleuthérocoque, tulsi gotu kola.


Citations :


« Le seul édulcorant clairement lié à des risques de troubles cognitifs, est l'aspartame (E 951). » - Anne-Laure Denans, Dr. en pharmacie, auteure du Nouveau Guide des additifs.


« Les pesticides sont une des causes fondamentales de l’Alzheimer en détruisant les neuromédiateurs. Il y a d’autres causes, notamment les psychotropes, le grignotage et le portable. On sait parfaitement pourquoi l’Alzheimer a été multiplié. D’où l’importance du BIO pour éviter l’Alzheimer et la fatigue chronique ! […] De Nombreuses dysfonctions, baisse de l’intellect, de la mémoire, etc. auront une origine hépatique. » – Robert Masson


« Les environnements dépressifs, pessimistes, ou l’élan vital est faible, limitant la curiosité intellectuelle et les interactions humaines ont possiblement des effets délétères. » - Dr. Michel Logak, neurologue à l'hôpital Saint-Joseph à Paris


« Le cerveau intestinal n’est que le prolongement du cerveau crânien. L’altération du cerveau intestinal entraine conséquemment une altération du cerveau crânien, d’où les maladies neurodégénérative comme Parkinson et l’Alzheimer par exemple… » - Pr. Grégoire Jauvais


« Les intestins représentent aussi le cerveau et quand les intestins sont malades, on a du mal à communiquer avec le cerveau. […] Quand vous prenez 6 mois de benzodiazépines, vous êtes sûr de faire la maladie d’Alzheimer. » - Dr. Jean-Pierre Willem


« L’aluminium étant un médicament toxique mortifère, son administration à l’homme est formellement interdite. » - Pr. Jean-Bernard Fourtillan, toxicologue


« Les personnes qui consomment beaucoup de calories, en particulier du sucre, ont une probabilité 6 fois plus importante de contracter la maladie d’Alzheimer. » - Dr. Russell Blaylock