La prise de repas

Fiche alimentation humaine & santé


Au-delà des idées reçues…


En matière de nutrition il y a beaucoup d’écoles différentes, mais on prend peu le temps d’écouter ce que le corps et la nature nous disent…


Tous les nutritionnistes et autres diététiciens insistent sur l’importance primordiale du petit-déjeuner. « Le matin il faut que tu prennes des forces, c’est le repas le plus important de la journée ». Il parait qu’il faudrait manger le matin comme un roi, à midi comme un prince et le soir comme un mendiant. Foutaises ! Ce dicton est idiot, on a fait d’une blague une constante biologique… Les diététiciens et les nutritionnistes classiques ne sont pas des biologistes mais des théoriciens. Ils intellectualisent au détriment de l’instinct et des lois du vivant. Des théories faussement scientifiques, appliquées sur la foi du dogme officiel créé par les lobbies (dixit : Kellogg’s).


Le petit-déjeuner est certainement le repas le plus nocif qui soit. Le petit-déjeuner le plus répandu n’est absolument pas pourvoyeur d’énergie, en aucune manière. En revanche, il est pourvoyeur de calories vides, de stress pour l’organisme et de perte d'énergie vitale.


Les gens poussés à mal manger, y compris par les diététiciens et les nutritionnistes classiques, sont généralement et constamment repus, alors que leurs cellules crient famine.


Évitons le petit déjeuner qui est le fondement du déséquilibre moderne, pour permettre au jeûne de la nuit de se prolonger, période d'élimination des déchets et des toxines, laissant le système digestif, endocrinien, glandulaire et organique au repos (détoxification). Cela permet de conserver l'énergie qui serait perdue à près de 50 % si le système digestif se remet en marche. Digérer fatigue, fait chuter les niveaux hormonaux anabolisants et augmente l’insuline, l’hormone de stockage. Dès qu'on rompt le jeûne nocturne, on passe en assimilation au lieu d'être en élimination. Au plus tôt on mange, au plus tôt on arrête d'éliminer les déchets et les toxines ; il en résulte un surmenage du système digestif. Au réveil, prenez plutôt un grand verre d'eau de qualité et/ou une tisane (attention : les tisanes activent les fonctions hépatiques, ce n’est donc plus vraiment du jeûne…).


Le désire de manger le matin n’est qu’affaire d’habitude, de réflexe familial, d’addiction, d’envie, de compensation, ou simplement pour arrêter les symptômes de détoxification du corps (maux de tête, gargouillis stomacaux, etc. chez les personnes toxémiées). Des millions de personnes ont constaté par expérience qu’après la suppression totale du repas du matin, on cesse de le désirer au bout d’un certain temps, ce qui ne serait pas le cas si cette suppression était une violation des lois physiologiques.


Conseil : Repousser petit à petit le premier repas. Manger et digérer sans arrêt n'est ni physiologique ni naturel, cela engendre une surproduction d’insuline (stockage), un encrassement humoral et une perte d’énergie vitale.


Manger le premier repas composé de fruits mûrs à volonté qui vont hydrater et recharger votre organisme en sucres biologiques simples assimilables et en électrolytes pour donner du carburant et des nutriments aux cellules tout en dépensant très peu d'énergie pour la digestion. Les fruits sont digérés en 20 à 40 minutes, pas de coup de pompe, pas d'encrassage, pas d'hypoglycémie. Recommencer si vous avez de nouveau faim : 10 à 15 portions (3 kg) de fruits par jour (frais, séchés ou secs). Les calories ne comptent pas lorsqu'on mange physiologique. Les noix, les avocats sont aussi des fruits.


Le repas du soir est important car c'est pendant la nuit que se déroule la phase anabolique (construction, réparation). Le repas du soir devrait être composés de légumes surtout verts, riches en chlorophylle et en acides aminés très biodisponibles. Le soir est propice au repos et au calme ce qui favorise la digestion et l'assimilation. La mastication est très importante, plus c'est mastiqué, plus c'est digeste et assimilable, grâce notamment aux enzymes de la bouche qui préparent l’arrivée des aliments bien mastiqués. L’alimentation vivante est digérée facilement et rapidement. En prenant le dernier repas de la journée vers 19h ou 20h, vous irez au lit léger (Voire fiche : Les compatibilités alimentaires).


Les animaux dorment après avoir mangé, les bébés dorment après avoir tété. Nous, qui nous croyons certainement bien plus intelligents que la Nature, nous voulons aller travailler ou avoir des activités physiques et mentales après avoir mangé… pour y arriver certains consomment des stimulants !


Le cycle de nettoyage quotidien du corps, chronobiologie alimentaire


Le processus d'élimination ne cesse jamais. Chaque souffle exhalé est un acte d'élimination des gaz toxiques. La peau sécrète une petite quantité de déchets en continu. Mais il y a un moment chaque jour où le corps renforce ses processus d'élimination ; ce moment est, à peu près de trois à quatre heures du matin jusqu'à dix heures ou douze heures.


Le corps passe par des cycles quotidiens assez clairs. Ils sont à peu près comme suit :

  • 12 h à 20 h - alimentation

  • 20 h à 04 h - assimilation

  • 04 h à 12 h – élimination


Il reste donc 16 heures pour la digestion, l’assimilation, l’élimination et le repos de l’appareil digestif et glandulaire. Après seulement, l’organisme est prêt à ingérer à nouveau. Cela signifie qu’il est préférable de se nutrir principalement entre midi et 20 heures. Appelé « jeûne intermittent (ce n’est pas du jeûne) ou fasting », cet horaire alimentaire devrait être la plage normale de l’alimentation de l’homme. Il stimule la production endogène d’hormones anabolisantes, permet un décrassage du terrain, rend les organes plus fonctionnels et épargne l’énergie. Ainsi, l’énergie digestive économisée permettra d’être plus performant intellectuellement et physiquement. Pour qu’un aliment (carburant) puisse restituer des forces (énergie), il faut qu’il soit digéré, absorbé et assimilé, ceci prend environ 16 heures en tout.


Les enfants laissés à leur instinct ne mangent rien le matin. Le désir de manger le matin n’est qu’affaire d’habitude et d’envie. La vraie faim donne le signal pour manger, comme la soif donne le signal pour boire et comme le sommeil donne le signal pour dormir.


Conseil : Il ne faut jamais forcer un enfant qui n’a pas faim, surtout le matin ou lorsqu’il est souffrant. Il possède encore des connexions instinctives que les adultes ont perdues avec leur intellect et les produits transformés. Le corps humain ne se suicide pas ! Il cherche toujours l’équilibre et la vie (homéostasie).


Il est important durant ces 8 heures de respectez les temps de digestion de chaque bol alimentaire, afin que l’estomac se trouve vide avant un nouveau remplissage, par exemple vous commencez par un morceau de pastèque qui est digérée en 20 minutes, vous pouvez recommencer avec d’autres aliments 25 minutes après, car il ne faut pas déprogrammer le processus digestif et enzymatique établi par le corps (pas de grignotage), car le cerveau est renseigné par la nature des molécules qui se trouvent dans l’estomac, il ne faut donc pas changer la programmation digestive en grignotant. L’organisme devrait alors recréer une nouvelle programmation de A à Z étant un nouvel état biochimique, ce qui sera éprouvant : perte d’énergie vitale, putréfaction, fermentation et fatigue organique et glandulaire.


Compte tenu que peu d'études ont été faites sur ces phases de l'activité physiologique, on en sait peu sur elles. Les informations présentées ici proviennent d'études faites en Suisse. Ces cycles sont plus ou moins cohérents, de la façon dont les choses se passent avec les humains en bonne santé qui respectent la norme naturelle de travailler le jour et de dormir la nuit. Ainsi, nous mangeons quand on a faim. Cela est suivi par l'assimilation du corps et, jusqu'à son achèvement, le corps transforme ses énergies pour l'élimination des déchets.


Que ton aliment soit ta seule médecine ! - Hippocrate