Le système nerveux autonome

Fiche physiologie


Le système nerveux autonome (ou végétatif) est composé de nerfs et de neurones en communication. Il permet de réguler nos fonctions vitales. Il gère les fonctions automatiques dont nous n’avons pas à nous occuper. Il permet le maintien de l'homéostasie interne de l'organisme et se compose de 3 parties :

  1. Le système nerveux sympathique (SNS).

  2. Le système nerveux parasympathique (SNP).

  3. Le système nerveux entérique (intestins).

1. Le système nerveux sympathique fait partie du système nerveux autonome, il tend à agir en tant qu’accélérateur des organes devant une situation stressante (pédale d’accélération). Il fonctionne avec l'hormone adrénaline et noradrénaline qui sont des 'neurotransmetteurs' produits par les glandes surrénales. Son action prépare l'organisme à l'activité physique ou intellectuelle. Le SNS fait partie de l'énergie Yang (contraction).


Les glandes surrénales sont les batteries du système nerveux autonome.


Devant un stress important, le SNS orchestre la fuite ou la lutte (situations d'urgence). Il dilate les bronches, dilate les pupilles, accélère l'activité cardiaque et respiratoire, augmente la sécrétion de sueur et la tension artérielle. Mais il diminue l'activité digestive.


2. Le système nerveux parasympathique fait partie du système nerveux autonome. Il équilibre normalement le système nerveux sympathique une fois la crise passée, ou en situation non stressante (pédale de frein). Il fonctionne avec l'hormone acétylcholine, ralentissement général des fonctions de l'organisme, afin de conserver l'énergie. Il correspond à une réponse de relaxation (retour au calme et à la récupération). Le SNP fait partie de l'énergie Yin (décontraction).


Ce qui a été augmenter, dilaté ou accéléré par le système sympathique est ici diminué, contracté et ralenti. L'équilibre du Yin et du Yang.


Il n'y a que l'appétit sexuel, la fonction digestive, la formation et l’excrétion d’urine et de salive, qui sont favorisés par le système parasympathique, mais aussi le nerf vague. On fait un malaise ‘vagal’ lorsque le SNP est trop actif et que la tension artérielle est insuffisante pour que le cerveau fonctionne correctement.


Le nerf vague permet une communication permanente entre le cerveau et le système nerveux entérique (intestins).


3. Le système nerveux entérique régule le système digestif, les activités motrices et sécrétrices.


500 millions de neurones sont répartis le long du système digestif et communiquent avec le système nerveux central.

Ensemble, ces 3 systèmes gèrent donc l’activité de nombreux organes et de nombreuses glandes.

Le système nerveux autonome


L'homéostasie est réglée de façon très complexe par le système nerveux autonome (système végétatif) et les glandes endocrines (hormones), ainsi que par de nombreux paramètres.


Conséquences d’un déséquilibre du système nerveux autonome (neurotonie) :

  • Malaise vagal

  • Déséquilibre des activités organiques

  • Nervosité

  • Anxiété

  • Dépression

  • Fatigue

  • Maux d’estomac

  • Émotivité

  • Douleur thoracique

  • Agitation