top of page

La porosité intestinale

Article santé


Le rôle des intestins


Les intestins sont un des cinq émonctoires. L’intestin grêle transforme et assimile les substances ingérées. Le colon est chargé d’éliminer les déchets.


Il est notoirement reconnu que 70 à 80% de notre système immunitaire se trouve dans les intestins et plus précisément dans la sous-muqueuse intestinale. Il en résulte que tout dysfonctionnement (dysbiose), ou inflammation au niveau des intestins porte atteinte négativement à notre immunité et à notre santé.


La barrière intestinale qui sépare l’extérieur et l’intérieur du corps est perméable et très fine - une seule couche de cellules - c’est à dire : 30 millièmes de millimètres (0,03 mm). Les cellules épithéliales (entérocytes) qui la composent laissent normalement passer les micronutriments par les jonctions serrées, acides aminés, acides gras et sucres simples au niveau du grêle dans la circulation générale pour nourrir nos cellules et organes.


En cas d’inflammation, d’irritation, ou de destruction de certains entérocytes, l’augmentation anormale de cette membrane perméable peut augmenter et laisser passer des molécules plus grosses qui n’ont rien à faire dans le milieu intérieur, comme des protéines, des microbes, des toxiques, des déchets… Mais également une mauvaise absorption intestinale des nutriments engendrant dénutrition et carences alimentaires.


Cette situation pathologique va provoquer une toxémie et des maladies tous azimuts, dont :

  • des allergies,

  • des inflammations,

  • de la migraine,

  • des maladies auto-immunes, dégénératives, articulaires

  • des troubles mentaux divers.


N.B. La stagnation des déchets dans les intestins (constipation) est un risque important d’auto-intoxication. Il existe une relation quasi permanente entre des intestins enflammés qui deviennent poreux et un foie saturé.



Il n’y a pas de maladie auto-immune sans hyperperméabilité intestinale.

Symptômes :


Diarrhées chronique ou constipation, ballonnements, intolérances alimentaires, maux de tête, allergies ; asthme, dérèglement immunitaire, infections ORL chroniques, fatigue chronique & fibromyalgie, sclérose en plaques, autisme, arthrite, rhumatismes, dépression, anxiété, brouillard cérébral, troubles de l'attention, maladies auto-immunes : Crohn, maladie cœliaque, lupus, polyarthrite rhumatoïde, thyroïdite d’Hashimoto, dermatites : psoriasis, eczéma, cystites, carences en vitamines et minéraux, etc.


Diagnostic :


Le diagnostic médical s’établi en mesurant le taux sanguin de zonuline et de bactéries gram négatif (LBP) qui est un dosage biologique associé à la zonuline. La zonuline est une molécule produite par les cellules intestinales et dont le rôle est de réguler les jonctions serrées intestinales. La mesure du taux de LBP (Lipopolysaccharide Binding Protein) est un bon marqueur de la charge bactérienne gram négatif mais également de la perméabilité et de la fonction barrière intestinale. Un taux élevé de LBP reflète une dysbiose avec prolifération de bactéries gram négatifs mais également un passage excessif d’antigène bactérien, de toxines par défaut de la fonction barrière.


Le taux d'inflammation systémique de bas grade peut également être analysé (CRP-US).


Biologie :


  • LBP.

  • CRP-US.

  • Vitamines B9 et B12.

  • Statut individuel en acides gras afin de lubrifier, de désenflammer, de réparer la muqueuse et d’augmenter l’absorption intestinale.


« Tous troubles digestifs relèvent d’une mauvaise alimentation. »

Causes :



Solutions :


  • Supprimer les causes.

  • Adopter une alimentation physiologique équilibrée, biologique, mesurée, riche en micronutriments, en fibres et en bonnes graisses. Penser au régime méditerranéen, Seignalet ou paléo.

  • Jeûner.

  • Consommer les jus de légumes, les légumes lactofermentés.

  • Apporter de la L-glutamine (poissons, œufs, viandes, persil, épinards, noix, produits de la mer, miso, bouillon d'os aux légumes).

  • Vérifier les bonnes combinaisons alimentaires.

  • Nutrithérapie : soufre organique (MSM), zinc, vitamine A, E et D, quercétine, collagène, coenzyme Q10, oméga-3.

  • Phytothérapie : curcumine, berbérine.


**Il est important de souligner que les bactéries émanant des probiotiques ne s'implantent pas dans l'intestin, mais aide momentanément à corriger une éventuelle dysbiose. Des germes extérieurs ne peuvent coloniser un être organisé. Il est donc inutile de tenter de corriger une dysbiose par la consommation de yaourts ou de kéfir par exemple.


Citations :


“Lorsque la structure de la muqueuse intestinale est anormale, sa porosité trop grande, des micro-organismes et des substances indésirables passent dans le sang, le pouvoir détoxiquant du foie et des ganglions lymphatiques est débordé.” - Dr. Catherine Kousmine


"Enfermé dans sa funeste ignorance, l’animal humain va d’erreurs en erreurs, détériorant son appareil digestif, pourrissant ses entrailles et ruinant sa santé." – Pr. Grégoire Jauvais


“Si le corps ne gagne pas le combat des digestions, les aliments stagnent et encombrent le conduit digestif, fermentent ou putréfient, produisant ainsi des substances toxiques (acide pyruvique, scatol, indol, phénol, ptomaïnes) qui irriteront les muqueuses digestives, y créeront des microlésions et pénétreront finalement dans le courant sanguin.” - Christopher Vasey


"Les maux qui résulteront de cette auto-intoxication, à point de départ intestinal, sont innombrables et la cause véritable de nombreuses maladies dont souffre l’humanité." - Dr. Paul Carton


"95 % de maladies dépressives viennent d’inflammations d’origine digestive. L’intestin est responsable d’au moins 90 % des maladies mentales." - Dr. François Plantey, psychiatre


"La surconsommation de céréales et de légumineuses qui sont acidifiantes épuise les réserves minérales et fini en acidose générale. Ces aliments finissent par mettre l’intestin en fermentation et puis en inflammation, induisant la porosité intestinale, l’engorgement du foie et l’intoxication de l’organisme." - 'Laurence Gallais, naturopathe, bioélectronicienne


"Lors d’un effort intense, le sang se concentre vers le cerveau et les muscles. Quant au système digestif, il est délaissé et dès lors très mal oxygéné, ce qui altère la paroi intestinale des athlètes et fait chuter leur immunité." - Dr. Jean-Pierre Castiaux, médecin du sport, UCL


"La gliadine du gluten augmente la perméabilité intestinale chez tout le monde." - Dr. Georges Mouton


"Toute maladie commence dans les intestins." - Hippocrate

Comments


bottom of page