Les émonctoires

Fiche naturopathique, physiologie


Chapitre très important en médecine naturelle. Les émonctoires sont les organes d’élimination de l’organisme, ce sont les portes de sortie des déchets, des toxines métaboliques et des toxiques. Ils sont au nombre de cinq : la peau, le foie, les reins, les intestins et les poumons, mais il y a aussi des émonctoires secondaires : l’utérus, les glandes lacrymales, les glandes salivaires.


Des émonctoires en parfait état de fonctionnement permettent à l’organisme de s’épurer, de se détoxifier, conservant ainsi des humeurs propres : sang, lymphe… (Voire : Le système lymphatique & La toxémie). L’aspect psychologique a également une influence prépondérante sur la qualité des humeurs (nutrition et activation des émonctoires).


Tant que l'apport de déchets reste dans les limites des capacités excrétrices de ces organes émonctoires, nous faisons l'expérience d'un bon état de santé. Si le seuil de tolérance toxémique est dépassé, c'est-à-dire plus de déchets que le corps ne peut en rejeter, la « maladie » (crise de guérison) survient.


Pour éviter la saturation des émonctoires, nous devrions entre-autres nous alimenter conformément à notre anatomie digestive et émonctorielle d’anthropoïde, ainsi que limiter l’entrée des toxiques dans notre organisme.


Remarque : Si la soif apparaît au lever, c’est que les émonctoires ont mal purifié le sang pendant la nuit et qu’il contient encore trop de toxines émanant du dernier repas.



Le foie, l’usine chimique du corps neutralise les substances toxiques contenues dans le sang, les filtre et les élimine avec la bile dans la vésicule biliaire, la poubelle du foie. 2 400 litres de sang passent par le foie en 24 heures, soit 1,6 litres par minute. Une grande partie de ce sang est amenée au foie par la veine porte qui provient des intestins. Tout ce qu’on met dans l’intestin prend la voie de la veine porte pour aller jusqu’au foie. Si on mange des aliments bio, le foie ne reçoit pas de pesticides. Pour aider le foie, les monodiètes, les jeûnes ou les demi-jeûnes sont intéressants. Le foie se régénère en 1 mois environ si on le laisse en paix. Plus les éléments qu’il traite sont naturels, moins il a de travail. Les fonctions hépatiques sont indénombrables. Les sucres lents (amylacés) sont difficilement métabolisés par le foie humain et leur digestion est incomplète, ce qui génère beaucoup de déchets colloïdaux (colles).


Le foie des nouveaux nés est actuellement 50% plus gros qu’il y a 30 ans...


Les reins filtrent environ 1 800 litres de sang par jour afin d’évacuer les déchets par la vessie sous forme d’urine contenant notamment des déchets cristalloïdaux. Ceux-ci proviennent principalement des protéines et des aliments riches en purines. Ces cristaux d’acides uriques sont très difficiles à éliminer pour les anthropoïdes, contrairement aux carnivores qui savent les métaboliser et les expulser facilement grâce à leurs enzymes spécifiques, leurs reins puissants, leur sucs gastriques forts et leur système digestif court. La goutte, les tendinites, les douleurs arthritiques, les céphalées et les douleurs non accidentelles en général, signent la présence de cristaux d’acides uriques et un terrain acidifié. Le stress et les peurs épuisent les reins jusqu’à les léser gravement.


Les intestins : l’intestin grêle d’une longueur moyenne de 6 mètres, transforme et assimile au niveau des villosités intestinales les substances ingérées. Le colon qui mesure environ 1,5 mètre est chargé d’éliminer les déchets. Des toxines transportées par le sang peuvent traverser les parois fines et perméables de l’intestin afin d’être éliminées par les selles. Les intestins sont principalement des émonctoires à déchets colloïdaux. Une diarrhée bien glaireuse indique que les viscosités ont retrouvé leur voie d’élimination principale.


Les poumons éliminent principalement les déchets gazeux qui résultent des combustions organiques sous forme de CO2, mais ils peuvent prendre le relais du foie et des intestins si ceux-ci sont congestionnés et ainsi rejeter des déchets d’origine colloïdale, sous forme de glaires et de mucosités (bronchite, pneumonie, asthme, …).


La peau, le plus grand organe du corps humain, rejette les déchets cristalloïdaux sous forme de sueur (urine diluée) par ses 2 millions de glandes sudoripares ou du sébum (déchets colloïdaux) via les glandes sébacées (nous en possédons environ 2.000.000 également). En cas de congestion des intestins et du foie, la peau peut rejeter les déchets colloïdaux via les glandes sébacées (acné, furoncles, boutons séreux, eczéma suintant, etc.) ou via les muqueuses de la face (rhume, sinusite, etc.). En cas de congestion au niveau des reins, la peau peu rejeter les déchets cristalloïdaux via les glandes sudoripares (psoriasis, eczéma sec, etc.).


Les déchets colloïdaux provenant des aliments mucogènes, des sucres lents et des graisses s’éliminent par :

Le foie, les intestins, les glandes sébacées et les poumons.


Les déchets cristalloïdaux provenant des protéines et des aliments acidifiants s’éliminent par :

Les reins et les glandes sudoripares.


N.B. Les produits laitiers et les produits céréaliers sont à la fois mucogènes et acidifiants.


« Des croyances limitées et les émotions négatives qu’elles entraînent (jugement, peur, colère, frustration, jalousie, rancune, honte, culpabilité, etc.) bloquent nos organes d’élimination et paralysent notre système immunitaire. » – Dr. Christian Tal Schaller


“Lorsque l’énergie vitale dont peut disposer l’organisme devient insuffisante pour entretenir les diverses fonctions du corps - et notamment la fonction d’élimination - le corps se trouve être dans un état d’ENERVATION. Suite à ce manque d’énergie vitale et d’élimination, les toxines s’accumulent dangereusement à l’intérieur de l’organisme. C’est la toxémie endogène qui s’installe dans le corps, précédant les crises rénovatrices appelées : ‘maladies’.” - Pr. Désiré Mérien


« Le sang étant le liquide le plus précieux, la force vitale recherchera toujours à en retirer le plus de toxines possible. Mais ce qu’elle ne peut éliminer par les émonctoires, elle ne peut que le rejeter dans les profondeurs du corps : dans la lymphe et les sérums cellulaires. Les toxines sont donc repoussées dans les tissus et envahissent ainsi tout le corps en pénétrant jusqu’à l’intérieur des cellules. » - Christopher Vasey


« Penser négativement, dissymétriquement, c’est se dévitaliser ; c’est affaiblir le rendement des organes d’assimilation et d’élimination ; c’est donc, s‘encrasser, produire de la maladie en nous ; c’est se suicider insidieusement. » - Pr. Grégoire Jauvais


« L'énervation empêche le rétablissement complet de l'élimination par les organes excréteurs. Les médicaments, l’alimentation, la peur et le maintien au travail empêchent l’élimination en cas de crise de toxémie. » - Dr. John H. Tilden