Notions d’hygiénisme

Fiche hygiéniste


Voyant rapidement les limites de la médecine moderne allopathique, des médecins, savants et biologistes fervents de santé ont cherché et exploré d’autres pistes et créé l’hygiénisme ou l’hygiène vitale.


Herbert M. Shelton, figure marquante de l'hygiénisme. Auteur des compatibilités alimentaires et de l'œuvre magistrale : Le Jeûne.


C’est un courant de santé naturelle, un mode de vie adapté à nos besoins physiologiques, apparu au milieu du XIXème siècle. C'est connaître et soutenir la capacité naturelle du corps à revenir en pleine santé. L’hygiène vitale est la base de la naturopathie orthodoxe.


En partant de la cellule et de son milieu de vie que sont les « humeurs » (liquides organiques : sang, lymphe, liquides intracellulaires), l’hygiénisme prône l’auto-guérison notamment par deux éléments de base :

  1. Le repos (jeûne, élimination, récupération).

  2. L’alimentation (non encrassante) la plus adaptée à la physiologie humaine (bromatologie*).

C’est donc l’équilibre entre la force vitale et la toxémie. Les lois de la santé, de la Nature et de l’homéostasie régissent l’hygiénisme.


*La bromatologie est l’étude, l’art et la science des aliments spécifiques à l’espèce, c'est-à-dire propre à notre anatomo-physiologie digestive et émonctorielle, etc. L’alimentation humaine est celle des grands singes frugivores (anthropoïdes).


Pour les hygiénistes, ‘la maladie’ est unique et due à un agrégat de toxiques et de toxines dans les humeurs (liquides constituants le milieu de vie de la cellule), appelé : « TOXÉMIE ».


L’hygiénisme s’appuie sur les fonctions du vivant et ne préconise pas de remèdes, mais la recherche et la suppression des causes, ainsi l’effet s’arrête définitivement. L’hygiénisme considère comme naturelle toute expression du corps. Tout interventionnisme et tout ce qui est en dehors de lois du vivant, n’est plus de l’hygiénisme.


L’hygiénisme est l'art de vivre dans le respect des lois naturelles.

La nutrition hygiéniste : c'est le régime alimentaire le plus proche de l'alimentation biologique humaine, celle que l'homme devrait avoir. Elle est vivante, hypotoxique et régénérante.


Pour les hygiénistes, les microbes ne sont pas la cause des ‘maladies’, mais des déblayeurs de terrain, des mangeurs de crassent. Leur présence n’est due qu’à une accumulation de déchets qui est leur nourriture.


Les grands noms de l’hygiénisme : Herbert M. Shelton ; James C. Thomson ; John H. Tilden ; Isaac Jennings ; Russel Trall ; Sylvester Graham ; Albert Mosséri ; Désiré Mérien ; Arnold Ehret ; T. C. Fry ; André Passebecq ; etc. Les précurseurs de la pensée hygiéniste sont Antoine Béchamp et Claude Bernard.


N.B. L’hygiénisme n’a pas de compétence en médecine d’urgence.


« La peur et les théories erronées détournent les hommes de la nature et de la physiologie, et leur font faire beaucoup de choses absurdes et nocives. Les indications de la nature sont le guide véritable dans la recherche de la santé. Des théories éphémères, nommées à tort science, causent souvent beaucoup de tort. » – Herbert M. Shelton


« La maladie, la déformation et la dégénérescence sont les amandes que l’homme paye pour s’être éloigné des normes de la nature dans tout son mode de vie. » - A. Mosséri


“C’est la Nature qui guérit les maladies. Elle trouve elle-même les voies convenables, sans avoir besoin d’être dirigée par notre intelligence.” - Hippocrate


« L’hygiénisme nous apprend à ne plus avoir peur de la maladie, mais de comprendre son rôle physiologique, son utilité et sa finalité. » - Malo


Fiches hygiénistes complémentaires :