top of page

Le syndrome de Raynaud

Article naturopathique


Symptômes :


Les extrémités des membres se refroidissent, doigts et orteils deviennent pâles ou bleutés et engourdis.


Dans le monde, 8 à 10 % des femmes et 3 à 5 % des hommes sont concernés.


Les personnes atteintes sont généralement de type rétracté.



Causes :

  • Défaut circulatoire, le sang n’arrivent pas aux extrémités. Il y a fatigue de tout le système cardio-vasculaire, la pression artérielle est trop basse. C’est un signal de fatigue ou de stress. Il faut renforcer l’organisme.

  • Trouble du système nerveux autonome (régulation vasomotrice défectueuse).

  • La suralimentation en fruits.

  • Le froid est un facteur déclenchant, mais pas la cause.


Solutions :


1. Gestion du stress

2. Phytothérapie

  • Plantes pour la circulation sanguine : gingko biloba + vigne rouge à hautes doses, ortie en quantité. Le gingembre améliore la circulation capillaire. Le bois piquant (frêne épineux).

  • Gemmothérapie : le sorbier.

3. Hygiène de vie

4. Alimentation

  • Nourriture physiologique plus dense, plus riche, plus chaude, plus digeste, protéines et lipides en suffisance.

  • Potages chauds en dehors des repas.

  • Porridge d’avoine complète biologique à l’eau ou au « lait » végétal (la céréale la plus réchauffante, son gluten ne pose pas de problème).

  • Proscrire les fruits acides et mi-acides, se limiter à un fruit doux entre 17h et 18h. Compenser l’apport en vitamines et minéraux avec plus de légumes chauds.

  • Jus d’ortie, betteraves, carottes, grenade, curcuma, gingembre.

  • Lait d'or.

  • Cure de raisin (en septembre).

  • Suppression des overtoniens et du grignotage (perte d’énergie vitale).

Compléments alimentaires :

Contrôle biologique :

  • Vérifier la carence en cobalt (vit. B12) et en fer.

  • Vérifier les électrolytes pour l'équilibre du système nerveux (sodium, potassium, calcium, magnésium).

  • Vérifier la fonction thyroïdienne.

  • Vérifier la concentration en iode urinaire : > 110 µg /L.

Citation :


« Si nous ne créons pas l’énervation et la toxémie en taxant l’organisme au maximum, nulle pathologie ne se développera. Si l’on allège la surcharge toxique, si l’on suit un mode de vie raisonnable, si l’on dirige son esprit vers de nouvelles voies, et si l’on calme et l’on contrôle ses émotions, ce ne sera plus un jeu de hasard de se rétablir et de se maintenir en bonne santé. » - Herbert M. Shelton

bottom of page