top of page

Manque d’appétit et difficultés digestives liés à l’âge

Physiologie de la nutrition


La production d’enzymes (ou diastases) digestives diminue avec l’âge, ainsi que l’acidité de l’estomac. Le foie et la pancréas peuvent aussi être fatigués, engorgés, congestionnés.


De ces causes découle une digestion plus lente, plus compliquée et l’absorption des nutriments est plus difficile. Apparaissent alors divers symptômes comme de la fatigue, une perte de poids, des ballonnements, des gaz, des éructations, de la constipation, de la diarrhée, de la dysbiose intestinale, des lourdeurs, du reflux, etc.


La situation s’aggrave par de mauvaises habitudes nutritionnelles, avec des carences, des aliments cuits enzymatiquement pauvre, de mauvaises associations alimentaires, de l’anxiété, du stress, des maladies, etc. De nos jours, les aliments crus et bruts occupent une place insuffisante dans l’alimentation de la majorité des occidentaux.


Pour retrouver un système digestif fonctionnel et une meilleure vitalité, nous tacherons donc de corriger les mauvaises habitudes en adoptant une alimentation plus saine, plus vivante et enzymatiquement riche. En mangeant dans le calme, nous mastiquerons correctement nos aliments pour bien stimuler notre production d’enzymes. De cette manière nous restaurerons les capacités digestives et ouvrirons progressivement l’appétit. Nous limiterons également l’apport de toxiques pour soulager le foie et récupérer ses fonctions efficientes.


Sans rentrer dans les détails, les enzymes sont des éléments vitaux, ce sont des protéines qui ont une action chimique et qui interviennent dans la transformation et la digestion des aliments. Elles décomposent les macronutriments en micronutriments assimilables. Ce sont des agents très actifs du métabolisme. Des enzymes sont produites par nos organes digestifs et contenues dans la salive, l’estomac, le pancréas, le foie et l’intestin grêle. D’autres enzymes se trouvent dans la nourriture vivante, mais elles sont sensibles à la chaleur et sont détruites à partir de 45°C…


Un déficit enzymatique peut faire le lit de toute une clique de maladies chroniques et dégénératives.

Le Dr. Edward Howell (un des premiers chercheurs sur les enzymes) pense qu’à force de manger des aliments trop cuits ou transformés, nos organes s’épuisent à fabriquer plus d’enzymes pour les digérer, en particulier notre pancréas.


Plus de 4.000 enzymes sont connues dans notre organisme :


- Les enzymes métaboliques indispensables au fonctionnement cellulaire.

- Les enzymes digestives produite par nos organes digestifs, tels que :

L’amylase, la lipase, la protéase, la pepsine, la trypsine, etc.


Grâce à l’action enzymatique, les protéines seront réduites en acides aminés, les glucides en glucose et les lipides en acides gras assimilables.


- Les enzymes digestives apportées par les aliments naturels crus et de fermentations microbiennes, tels que :

La bromélaïne, la papaïne, la ficine, etc.


Solutions :


  • Adopter une alimentation riche en enzymes.

  • Prendre des compléments enzymatiques.

  • Respecter quelques règles alimentaires basiques.

  • Eviter le grignotage et les excès alimentaires qui sont sources d'infections et d'affaiblissement immunitaire.

  • Eviter le miel (sucré et acide) pris avec d’autres aliments, c’est un inhibiteur de digestion. Consommé avec des amidons ou des protéines, il se produira des fermento-putrescences délétères.

  • Eviter d'autres inhibiteurs de digestion qui causent le ralentissement digestif : sodas et limonades, chewing-gum, sirops, friandises, boissons alcoolisées.

  • Eviter les mauvaises associations alimentaires, notamment des aliments acides (fruits, tomates) avec des féculents.

  • Réduire le stress et l'anxiété qui sont des coupe-faim.

  • Utiliser des épices et des aromates qui facilitent la digestion.

  • Prendre une ampoule de fenouil-menthe poivrée Super Diet avant le repas.

  • Vérifier correctement le fonctionnement de la glande thyroïde et des glandes surrénales.


Les potages se prendront seuls, en dehors des repas, car ils diluent les sucs gastriques.

Les aliments riches en enzymes :


  • Les fruits et légumes frais, crus et biologiques.

  • Les jus de légumes et de fruits frais.

  • Le gingembre possède des vertus digestives qui favorise la sécrétion de bile et stimule la production d’enzymes digestives.

  • Les légumes lactofermentés et la choucroute crue.

  • Les graines germées.

  • Les olives noires dans la saumure.

  • La sauce tamari biologique non pasteurisée.

  • Le kéfir.

  • Le bouillon de miso.

  • Le vinaigre de cidre biologique.

  • Les yaourts de chèvre et de brebis biologiques non pasteurisés aux ferments lactiques.


Les compléments alimentaires à base d’enzymes végétales et animales de sources naturelles à prendre aux repas contenant :


  • Pancréatine

  • Bromélaïne (d’ananas)

  • Papaïne (de papaye)

  • Ficine (de figue)

  • Lipase

  • Rutine


Oligothérapie :

  • Zinc-Nickel-Cobalt.

  • Nickel-Cobalt (lourdeurs digestives, ballonnements).

  • Plasma marin de Quinton (pour l’homéostasie stomacale).


Nutrithérapie :


Citations :


« Les enzymes sont des substances qui font que la vie est possible. Elles sont indispensables à chacune des réactions chimiques qui se produisent dans l’organisme. Sans enzymes, il n’y aurait aucune activité. On peut dire qu’elles sont les forces de travail qui construisent votre corps tout comme les ouvriers du bâtiment sont celles qui construisent votre maison. Vous pouvez avoir tous les matériaux de construction possible, pour bâtir une maison, il vous faut aussi des ouvriers qui représentent l’élément de vie essentiel. De la même manière, vous pouvez avoir tous les nutriments, vitamines, protéines, minéraux… indispensables à votre corps mais vous aurez également besoin des enzymes, l’élément de vie, pour maintenir votre organisme vivant et en bonne santé. » – Dr. Edward Howell


« Tout surmenage de l’appareil digestif a pour l’humain des conséquences très lourdes. Le ralentissement digestif s’accompagne d’une augmentation de la fermento-putrescence colique et même entérique avec production décuplée de poisons. Ces poisons non détruits par le foie passent dans les humeurs : c’est l’intoxination. » - Robert Masson

Comments


bottom of page