Pourquoi ne pas complémenter en minéraux et oligo-éléments ?

Fiche hygiéniste et naturopathique


La différence entre minéraux et oligo-éléments n’est pas bien établie. Les minéraux (macro-éléments) se trouvent en plus grande quantité dans le sang (> 1 g./L), tandis que les oligo-éléments s’y trouvent en beaucoup plus faible quantité.

Minéraux : sodium, potassium, calcium, magnésium, phosphore, chlore…

Les oligo-éléments : zinc, fer, cuivre, iode, sélénium, silicium, manganèse…


Tout principe isolé, c'est-à-dire extrait d’un complexe, est toujours toxique. Un élément doit faire partie du totum*, sinon ça devient un médicament anti-symptomatique plus ou moins toxique.


*Totum : globalité, ensemble des constituants.


L’équilibre synergétique des oligo-éléments :



N’en déplaise aux industriels de la pharmacie, prendre un élément isolé et de surcroît chimique et non biologique perturbe l’ensemble de l’équilibre et nuit gravement aux différents systèmes organiques. Il est crucial d'apporter tous les minéraux de manière simultanée et de préférence sous une forme déjà chélatée*, par exemple sous la forme d'eau de mer ou par la consommation de végétaux vivants (enzymes) car les éléments sont interdépendants et dans une proportion précise. Par l’apport de leur TOTUM, le plasma marin de Quinton ou les plantes échappent à la grande problématique des antagonismes entre minéraux, pouvant empêcher le déroulement et même l’initiation de centaines de cascades métaboliques.


*La chélation est un processus physico-chimique au cours duquel est formé un complexe (plusieurs éléments).


Pour assimiler les minéraux chez les animaux et chez l’homme (êtres hétérotrophes*), il faut passer par le monde végétal qui a la capacité de rendre biodisponibles et assimilables les minéraux contenus dans la terre ; par exemple dans l’eau de mer de Quinton, c’est le phytoplancton qui permet la transformation des minéraux et leur assimilation**, c’est une eau vivante équilibrée.


*L’hétérotrophie est la nécessité pour un organisme vivant de se nourrir de substances ORGANIQUES préexistantes. L'humain est ainsi hétérotrophe, tandis que la plupart des plantes sont autotrophes.


**L’assimilation est un phénomène qui se réalise au niveau cellulaire. L’absorption est un phénomène qui se réalise au niveau des villosités intestinales.


Une alimentation riche en vitamines (fruits frais, mûrs et biologiques) augmente l’assimilation des minéraux et oligo-éléments. L’inverse est également vrai : une alimentation riche en minéraux va permettre une absorption optimale des vitamines (synergie).



Croire qu'il suffit de boire de l'eau minérale pour avoir sa ration quotidienne de minéraux et d'oligo-éléments est un leurre total entretenu par les vendeurs d'eau en bouteille qui ignorent superbement les lois de la physico-chimie colloïdale pour justifier le prix très élevé de l'eau qu'ils vendent.


Consommer une eau riche en résidus secs, c'est-à-dire en minéraux inorganiques, inassimilables et encrassants va causer une perturbation du terrain en surchargeant l’organisme et les reins (colmatage des néphrons). Il en est de même pour les compléments alimentaires (calcium, fer, bicarbonate, magnésium, etc.). Ceci entraîne une épuration incomplète du sang, provoquant la formation de calculs, des coliques néphrétiques et des calcifications souvent douloureuses dans tous les organes. Ceci peut même aboutir à une calcification complète des reins et leur destruction. Cet entartrage accélère aussi le vieillissement cérébral.


Le calcium assimilable se trouve dans la nourriture saine et naturelle à profusion.


Le terrain surchargé en électrolytes va modifier les coordonnées bioélectroniques, ceci va induire une résistivité basse du sang veineux et donc électriser l’organisme qui va s’oxyder (vieillissement, dégénérescence, baisse immunitaire, pathologies…). C’est un état d’excitation et de surtension intérieur. En facilitant trop le passage du courant électrique (E > 250 mV), il se provoque une décharge accélérée des piles biologiques, dépassant la capacité de l’organisme à maintenir leur charge à un niveau de bonne santé. Le sang sera moins fluide, plus visqueux. Les mesures bioélectroniques vont s’éloigner de la santé parfaite. La mort interviendra quand les limites de dessèchement, d’encrassement et donc de résistivité seront dépassées.


La résistivité du sang en bonne santé se situe entre 190 & 220 Ω.cm = +/- 210 Ω.cm (milieu bien hydraté).


Plus le sang est chargé en minéraux (forte concentration en ions) et donc avec un nombre rô faible, plus le milieu est réceptif aux inductions électromagnétiques.


Plus le sang est déficient en minéraux (faible concentration en ions) et donc avec un nombre rô élevé, plus le milieu est résistant aux inductions électromagnétiques.


Une résistivité sanguine trop basse (trop de minéraux) est le reflet d’une forte pression osmotique au niveau de la cellule. L’eau tend alors à pénétrer dans les cellules pour équilibrer le milieu, l’organisme n’élimine plus et il s’encrasse…


Les végétaux sont les seuls capables d’entretenir la santé en s’opposant aux risques des maladies de dégénérescence.


Citation :


« Une des raisons des carences en oligo-éléments de plus en plus fréquentes chez les hommes et les animaux d’élevage est à rechercher dans l’usage d’engrais chimiques qui en sont dépourvus. » - Dr. Catherine Kousmine


Articles complémentaires :