top of page

Régler le débat sur les "virus"

Article


"Un petit parasite constitué d'acide nucléique (ARN ou ADN) enfermé dans une enveloppe protéique qui peut se répliquer uniquement dans une cellule hôte sensible. »1


Plus de deux ans se sont écoulés depuis le début de la crise du "corona", qui a changé la trajectoire de notre monde. Le principe fondamental de cette crise est qu'un « virus » mortel et nouveau, le SRAS-CoV-2, s'est propagé dans le monde entier et a eu un impact négatif sur de larges segments de l'humanité. Au cœur de ce principe se trouve la sagesse acceptée selon laquelle les virus, définis comme des morceaux de matériel génétique enrobés de protéines, ADN ou ARN, existent en tant qu'entités indépendantes dans le monde réel et sont capables d'agir comme agents pathogènes. C'est-à-dire que l'on pense généralement que la soi-disant particule avec le revêtement protéique et l'intérieur génétique infecte les tissus et cellules vivants, se réplique à l'intérieur de ces tissus vivants, endommage les tissus lorsqu'elle sort et, ce faisant, on pense également qu’elle crée la maladie et parfois la mort de son hôte, c’est la soi-disant théorie virale de la causalité de la maladie. On dit alors que les particules virales présumées peuvent se transmettre à d'autres hôtes, provoquant également des maladies chez eux.


Après un siècle d'expérimentation et d'études, ainsi que des milliards de dollars incalculables dépensés pour cette "guerre contre les virus", nous devons nous demander s'il ne serait pas temps de reconsidérer cette théorie. Depuis plusieurs décennies, de nombreux médecins et scientifiques soutiennent que cette compréhension communément acceptée des virus est basée sur de fausses idées fondamentales. Fondamentalement, plutôt que de voir les « virus » comme des entités indépendantes, exogènes et pathogènes, ces médecins et scientifiques ont suggéré qu'ils seraient simplement les particules de dégradation ordinaires et inévitables des tissus stressés et/ou morts ou mourants. Ils ne sont donc pas pathogènes, ils ne sont pas nocifs pour les autres êtres vivants et il n'existe aucune raison scientifique ou rationnelle de prendre des mesures pour se protéger ou protéger les autres contre eux. Les idées fausses sur les « virus » semblent provenir en grande partie de la nature des expériences qui sont utilisées comme preuve pour affirmer que de telles particules existent et agissent de manière pathologique comme décrit ci-dessus. Essentiellement, les publications en virologie sont en grande partie de nature descriptive, plutôt que des expériences contrôlées et falsifiables fondées sur des hypothèses qui sont au cœur de la méthode scientifique.


Peut-être que la principale preuve que la théorie virale pathogène est un problème, c’est qu'aucun article scientifique publié n'a jamais montré que des particules répondant à la définition des virus ont été directement isolées et purifiées à partir de tissus ou de fluides corporels de tout humain ou animal malade. En utilisant la définition communément acceptée de « l'isolement », qui est la séparation d'une chose de toutes les autres choses, il est généralement admis que cela n'a jamais été fait dans l'histoire de la virologie. Il n'a pas été démontré que des particules qui ont été isolées avec succès par purification sont compétentes pour la réplication, infectieuses et pathogènes, elles ne peuvent donc pas être considérées comme des virus. De plus, les « preuves » de virus fournies par les « génomes » et les expériences sur les animaux proviennent de méthodologies avec des contrôles insuffisants.


Les expériences suivantes devraient être menées à bien avant que la théorie virale puisse être considérée comme factuelle :


1. une particule unique ayant les caractéristiques d'un virus doit être purifiée à partir des tissus ou fluides d'un être vivant malade. La méthode de purification à utiliser est à la discrétion des virologues mais des micrographies électroniques doivent être fournies pour confirmer la purification réussie de particules virales présumées morphologiquement identiques ;

2. la particule purifiée est caractérisée biochimiquement pour ses composants protéiques et sa séquence génétique ;

3. il doit être prouvé que les protéines sont codées par ces mêmes séquences génétiques ;

4. il doit être démontré que les particules virales purifiées seules, par une voie d'exposition naturelle, provoquent une maladie identique chez les sujets testés, en utilisant des témoins valides ;

5. les particules doivent ensuite être réisolées avec succès (par purification) du sujet de test au point 4 ci-dessus, et il doit être démontré qu'elles ont exactement les mêmes caractéristiques que les particules trouvées à l'étape 1.


Cependant, nous réalisons que les virologues ne peuvent pas suivre les étapes décrites ci-dessus, probablement parce que toutes les tentatives à date ont échoué. Ils évitent maintenant simplement cette expérience, insistant sur le fait que ce qu'ils appellent des "virus" ne peuvent pas être trouvé en quantités suffisantes dans les tissus de toute personne ou animal malade pour permettre une telle analyse. Par conséquent, nous avons décidé de rencontrer les virologues à mi-chemin. Dans un premier temps, nous proposons que les méthodes des usages actuels soient mis à l'épreuve. Les virologues affirment que ces virus pathogènes existent dans nos tissus, cellules et les fluides corporels parce qu'ils prétendent voir les effets de ces supposées particules uniques dans une variété de cellules de cultures. Ce processus est ce qu'ils appellent "l'isolement" du virus. Ils affirment également qu’en utilisant la microscopie électronique, ils peuvent voir ces particules uniques dans les résultats de leurs cultures cellulaires. Enfin, ils prétendent que chaque « espèce » de virus pathogène a son génome unique, qui peut être séquencé soit directement à partir des fluides corporels de la personne malade ou des résultats d'une culture cellulaire. Nous demandons maintenant à la communauté virologique de prouver que ces allégations sont valides, scientifiques et reproductibles. Plutôt que de s'engager dans des échanges verbaux inutiles, mettons fin à cet argument en faisant des expériences scientifiques claires, précises qui, sans aucun doute, montreront si ces affirmations sont valables.


1 Definition of ‘virus’ from Harvey Lodish, et al., Molecular Cell Biology, 4th ed, Freeman & Co., New York, NY, 2000 : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1470817501000236?via%3Dihub


Nous proposons l'expérience suivante comme première étape pour déterminer si une entité telle qu'un virus humain pathogène existe…


PREMIÈRE ÉTAPE


5 laboratoires de virologie dans le monde participeraient à cette expérience et aucun ne connaîtrait l'identité des autres laboratoires participants. Un moniteur sera désigné pour superviser toutes les étapes. Chacun des 5 laboratoires recevra cinq échantillons nasopharyngés de quatre catégories de personnes (soit 20 échantillons chacun), qui soit :


1) ne reçoivent pas ou ne sont pas actuellement traités pour un diagnostic médical ;

2) ont reçu un diagnostic de cancer du poumon ;

3) ont reçu un diagnostic de grippe A (selon les lignes directrices reconnues) ; ou qui

4) ont reçu un diagnostic de « COVID-19 » (par le biais d'un « test » PCR ou d'un test de flux latéral.).


Le diagnostic (ou "non-diagnostic") de chaque personne sera vérifié de manière indépendante, et les rapports de pathologie seront mis à disposition dans le rapport d'étude. Les laboratoires seront aveuglés sur la nature des 20 échantillons qu'ils reçoivent.

Chaque laboratoire tentera alors d'"isoler" les virus en question (Influenza A ou SARS-CoV-2) à partir des échantillons ou conclura qu'aucun virus pathogène n'est présent. Chaque laboratoire montrera des photographies documentant le CPE (effet cytopathique), s'il est présent, et expliquera clairement chaque étape du processus de culture et des matériaux utilisés, y compris tous les détails des contrôles ou des « fausses infections ». Ensuite, chaque laboratoire obtiendra des images au microscope électronique vérifiées de manière indépendante du virus "isolé", s'il est présent, ainsi que des images montrant l'absence du virus (vraisemblablement, chez les personnes en bonne santé et les personnes atteintes d'un cancer du poumon). Le microscopiste électronique ne connaitra pas la nature des échantillons qu'il analyse. Toutes les procédures seront soigneusement documentées et contrôlées.


DEUXIÈME ÉTAPE


TOUS les échantillons seront alors envoyés pour séquençage génomique et encore une fois les opérateurs resteront aveugles sur la nature de leurs échantillons. On devra s’attendre à ce que si les 5 laboratoires reçoivent du matériel provenant du même échantillon d'un patient diagnostiqué avec COVID-19, chaque laboratoire devrait signaler des séquences IDENTIQUES du génome présumé du SRAS-CoV-2. En revanche, ce génome ne devrait être retrouvé dans aucun autre échantillon.


(Remarque : cette déclaration est un bref aperçu des expériences suggérées - un protocole entièrement détaillé devrait évidemment être développé et accepté par les laboratoires et les signataires.)


Si les virologues ne parviennent pas à obtenir un résultat satisfaisant de l'étude ci-dessus, leurs affirmations concernant la détection de "virus" se révéleront sans fondement. Toutes les mesures mises en place à la suite de ces revendications doivent être arrêtées immédiatement. S'ils réussissent dans cette première tâche, nous les encourageons à procéder aux expériences de purification requises pour obtenir la preuve probante de l'existence des virus.


Il est dans l'intérêt de tous d'aborder la question de l'isolement, et de l'existence même, de prétendus virus tels que le SRAS-CoV-2. Cela nécessite la preuve que l'entrée de particules virales morphologiquement et biochimiquement dans les cellules vivantes est à la fois nécessaire et suffisante pour provoquer l'apparition de particules identiques, qui sont contagieuses et pathogènes.


Nous apprécions votre soutien et vos commentaires pour cette initiative.


Signataires :


Thomas Cowan, MD

Mark Bailey, MD

Samantha Bailey, MD

Jitendra Banjara, MSc

Kelly Brogan, MD

Kevin Corbett, PhD

Mufassil Dingankar, BHMS

Michael Donio, MS

Jordan Grant, MD

Andrew Kaufman, MD

Valentina Kiseleva, MD

Christine Massey, MSc

Paul McSheehy, PhD

Prof. Timothy Noakes, MD

Sachin Pethkar, BAMS

Saeed Qureshi, PhD

Stefano Scoglio, PhD

Mike Stone, BEXSc

Amandha Vollmer, NDoc

Michael Yeadon, PhD



Citation :


« Les virus n’existent pas ! Ce que l’on prend pour de virus sont en réalité des fragments d’ADN ou d’ARN encapsulés (exosomes) qui sont excrétés, rejetés par nos cellules dans certaines conditions. Les virus n'existent pas selon la définition et les fonctions qui leur sont attribués. La médecine moderne n'est qu'un dogme, et la plupart des humains croient aux virus comme à une religion ! Les événements dramatiques que nous vivons sont la conséquence d'une présence inhabituelle d'ondes électromagnétiques dans notre environnement, dont une partie sont liés aux technologies de communication. » - Dr. Hugues Holleville


Articles complémentaires :


Comentarios


bottom of page